Echos des Participants

Chère Marie-Clotilde,

Encore un immense merci pour cette soirée de vendredi. Ce fut un moment émouvant: le témoignage poignant de Marie Niyonteze, l’humour mordant de Bozidar Frederic et le constat attristant de Gérard Adam sur les difficultés des petits éditeurs. Quelle soirée riche en moments forts et en échanges véritables avec le public, ce qui est précieux pour un auteur. Tout cela ne fut possible que grâce à ta mise en musique des échanges. Tu as accordé ces différentes sensibilités de main de maître du fait de tes lectures en profondeur des livres et de ton esprit vif. Félicitations!

Infiniment merci et j’espère à bientôt,
Elise

Envoyé : dimanche 10 juin 12 20:40

———————–

Chère Marie-Clotilde,
Merci à toi, ta présentation et notre mise en valeur ont été très chaleureuses et pertinentes.
Le prolongement à table fut fort agréable (…).
Au plaisir de se revoir
Rendez vous au prochain projet.
Bise de nous deux
Frédéric Bozidar
Samedi 9 juin 2012

———————–

Bonsoir Marie Clotilde

Merci pour la soirée de vendredi, pour le souffle qui t’anime; merci à tes amis du cercle pour leur coopération…

j’ai mis à jour mon site en ce sens en reprenant ton “communiqué de presse” et en incluant une petite vidéo – dis-moi si tu veux que je supprime certains passages inutiles; je n’ai rien modifié, j’ai fait un lien permanent vers le site du CERCLE de la ROTONDE si tes amis pouvaient faire la même chose dans l’autre sens, nous y gagnerions tous en référencement web : (www.henrypouillon.be).

Encore merci.

Henry Pouillon
Mardi 3 avril 2012

———————–

Un vif merci pour la rencontre que tu as si bien animée hier à Bruxelles. Pardon d’avoir filé si vite mais je souhaitais être à la maison avant 23H car ce dimanche est plein et demain je pars vers Paris puis Angers. A samedi matin à Paris, je t’embrasse, Colette.

Colette Nys-Mazure
Dimanche 13 juin 2010

———————–

Ce message rapide entre deux piles de corrections indigestes afin de te remercier encore une fois pour l’invitation d’hier soir. Cette rencontre m’a beaucoup plu. Ta présentation était sympathique et vraiment agréable.
Chouette public également!
Par ailleurs, j’ai été ravie d’avoir pu présenter mon roman le même jour que Colette Nys-Mazure.
Bon courage pour tes corrections inhumaines, ton colloque, et tout le reste…

Laurence Thirion
Dimanche 13 juin 2010

P.S.: le DVD de la soirée m’intéresse, à qui puis-je m’adresser?

———————–

Un temps privilégié, où la présentation d’auteurs, de poètes, d’éditeurs permet de rencontrer leur univers personnel.

En allant au Cercle de la Rotonde, depuis quelques années, je découvre des visages, des mots, des paroles, des rythmes d’écriture. Des textes sont lus par les auteurs, Marie-Clotilde Roose et Monique Dorsel, et nous plongent dans un monde unique, différent, original.

Des personnalités très diverses nous sont présentées, ce qui enrichit la mémoire, la culture, nous ouvre des horizons, nous pose des questions. De l’émotion surgit aussi au détour d’un texte qui révèle sa part d’ombre et de lumière, telle toute création vraie, issue de l’intériorité.

Un esprit convivial et chaleureux règne lors des séances.

Marie-Clotilde Roose anime les débats avec intelligence et finesse et ceux qui le désirent peuvent intervenir en fin de réunion.

Ensuite, on se retrouve autour d’un verre et l’on échange ses impressions, on discute avec des personnes qui aiment lire et s’enrichir au contact d’autres.

Le Cercle de la Rotonde : une bulle d’air au coeur de ma vie.

Si le virus de l’écriture vous démange, vous pouvez venir lire vos textes ou poèmes lors de soirées spéciales qui se terminent par ce que l’on nomme “veillée d’auteurs”, que vous soyez débutant ou confirmé.

Pascale Eyben
Février 2005

———————–

Merci pour votre invitation. J’ai été particulièrement touchée que vous souhaitiez inviter un éditeur au côté de son auteur. Je pense que vos rencontres sont à l’image de votre attention : sincère et amicale.

Bien cordialement, Anne.

Anne Leloup
Mercredi 26 Février 2003

———————–

Aussi là, au Cercle de la Rotonde, s’échangent les murmures du monde. Ce n’est pas un endroit pour vivre, c’est un endroit pour la Vie. Car de là repartent ceux et celles que la Beauté nourrit. Et cette Beauté-Seconde s’échange, plus tard, dans les trains, les rues, les villes et le monde. Oui, cette Beauté-là est contagieuse. Indispensable au rythme de nos existences communes. Merci…
Benoît Coppée, poète et romancier.
Lundi 4 Février 2002

Saison 2012-2013

Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 26 octobre 2012 à 18h30, à la Bibliothèque de Tournai (Auditorium)

Lecture musicale par l’écrivain Dominique Sampiero et le contrebassiste Erich Pralat.
Entretien « philosophie et poésie » avec Annie Reniers et Jean-Jacques Wunenburger.
Sur le thème des frontières entre : espaces intérieurs et paysages, langues et images.

Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 30 novembre 2012 à 18h, à la Bibliothèque de Tournai

Thème : « imaginaire et intimité », romans et poésie :

Eric Brucher
Colombe, Ed. Luce Wilquin,
Prix Sander Pierre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises (BE)

Michèle Vilet
Dénouer les mots, Les éd. De la Mémoire, 2011
Troisrives, Le Grand Miroir, 2006
Pourquoi ai-je dit oui si vite ?, La Renaissance du Livre, 2004

Isabelle Bielecki
Recueils de poésie : Le labyrinthe de papier, Le Coudrier, 2010
Petite musique pour cent interprètes, Grenier Jane Tony, 2010

Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 30 novembre 2012 à 18h, à la Bibliothèque de Tournai

Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 30 novembre
à la Bibliothèque de Tournai (Auditorium)

‘Finissage’ de l’exposition de Nicole Verheyden (18h)

Entretien avec Isabelle Bielecki, Eric Brucher et Michèle Vilet (18h30)

Sur le thème : le corps et l’intériorité

Animation : Marie-Clotilde Roose

La séance s’ouvrira sur une visite commentée de l’exposition de l’artiste Nicole Verheyden, qui a réalisé avec Annie Reniers le livre Enerzijds/L’autre versant, présenté le 26 octobre au Cercle. Ces œuvres picturales sont le fruit d’un travail photographique et numérique, exposé du 5 au 30 novembre à la Bibliothèque de Tournai. Un entretien suivra à 18h30, avec trois auteurs dont les livres récents favorisent un questionnement pointu sur l’intériorité « parlée » par le corps, souffrant, ruminant, jubilant.

Isabelle BieleckiIsabelle Bielecki, poète, romancière et dramaturge, née en Allemagne de père russe et de mère polonaise, réfugiés de l’O.N.U., est devenue belge en 1963. Traductrice, elle mena sa carrière dans une entreprise japonaise. Son premier roman Les Mots de Russie, (E.M.E., 2005), est salué en 2007 par le prix littéraire des Amis des Bibliothèques de la Ville de Bruxelles, évoquant le destin des déracinés de l’Est après la 2ème Guerre mondiale. Ce déracinement et la nostalgie qui s’ensuivent sont des thèmes qu’explorent ses écrits, parmi lesquels Rêves sous le vent, traduit en néerlandais par H. Bastin, ou Le Labyrinthe de Papier (Ed. Le Coudrier 2010, illustré par Laurence Léonard et Jean-Yves Gerday), qui traite de la mémoire et du témoignage qu’est l’écriture : Parfois un mot téméraire / Surgit tout nu / Par bravade / Mais il tremble quand même / L’insolence lui tient lieu de chaleur. La même année, au Grenier Jane Tony, elle a publié un livre d’un genre nouveau, Petite musique pour cent interprètes ou comment devenir poète, dont chaque ‘stichou’, petit texte humoristique ou réflexif, veut ouvrir le quotidien à la poésie, accompagné de merveilleuses encres de Suzanne Arhex. La passion amoureuse dessine l’autre versant de son écriture, à travers pièces de théâtre et recueils (nouvelles, poésie). Les jalousies d’Aphrodite (Le Coudrier) a été mis en valeur par  Aurélie Bévière, lauréate de “l’écran libre” organisé à Dour par La roulotte théâtrale durant La Fureur de lire 2012, en ce court métrage poétique (3’) : https://vimeo.com/51277976. Isabelle Bielecki collabore avec plusieurs groupes littéraires, a fondé « Les Saintes-Nitouches » (spectacles), et présente des auteurs au Grenier Jane Tony dont elle est secrétaire générale.

Eric BrucherEric Brucher, professeur de français, organise lui aussi, avec Marianne Lambrechts, des rencontres d’auteurs, rassemblés par “Le Goût des lettres” (et les talents culinaires d’un chef), au Centre culturel de la Vallée de la Néthen, et tient une chronique littéraire sur Antipode (radio en Brabant wallon). Son premier roman, Soleil, devant (Luce Wilquin, 2009) conte une odyssée solaire sur les traces d’Ulysse; il a été finaliste du Prix Première de la RTBF 2010 et ‘coup de cœur’ chez plusieurs libraires (Filigranes Bxl, Fnac LLN, Antigone Gembloux). Son nouveau livre, Colombe, paru chez la même formidable éditrice, est l’histoire d’une adolescente éprise d’absolu, une Antigone interrogeant nos propres faims, par le refus de s’alimenter : “L’âme qui ne peut s’envoler est l’unique maladie. Comment fait-on pour que l’âme prenne son essor avec l’empêchement d’un corps ? », se demande Paola, dans un monologue tourmenté. S’opposant aux impératifs d’une consommation dénuée de sens, blessée par la rupture de ses parents, par un lourd secret vécu par sa mère, puis la découverte des horreurs de la Shoah, elle répond : “Je ne veux pas avoir tout. Je veux être totalement, dans le tout.” (p. 23) Ce livre d’une pureté admirable, qui sonde avec une délicatesse rare les douleurs de l’adolescence et de l’anorexie, par une intime compréhension de leurs ressorts, a reçu le Prix Sander Pierron de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique 2012.

Michele ViletMichèle Vilet, Tournaisienne, professeur retraitée, animatrice culturelle, a publié une dizaine de livres et travaillé à la mise en scène de textes, issus notamment d’ateliers d’écriture qu’elle a menés. Poète, nouvelliste, elle s’est essayée avec succès au roman : Pourquoi ai-je dit oui si vite ? (La Renaissance du Livre, 2002), qui a reçu le Prix du Furet du Nord à Lille. Sous la forme d’un double journal de bord, il conjugue les voix d’une Belge et d’un Allemand, essayant de recommencer une vie amoureuse, à l’âge où les contraintes professionnelles et familiales ont (presque) cessé de peser. A partir d’une petite annonce, un amour se tisse lentement, à travers week-ends de promenades, balades entre les deux cultures, tensions et partages, don des corps et des paroles, retraits et silences. Ce récit attachant a ensuite donné place à Troisrives (Le Grand Miroir, 2006), beaucoup plus mince mais non moins dense, même brûlant. L’héroïne, Marie, est une jeune femme blessée qui hérite avec son frère Jérôme de la maison paternelle : « La presqu’île vue de cette hauteur ressemble à la tête puissante d’un immense serpent, d’un dragon glissant sur les eaux et dont notre maison entourée du parc constituerait l’œil unique au milieu du front » (p. 24). Expatriée, elle revient sur les lieux remplis de souvenirs, avec l’envie d’en renouer les fils épars… En 2011, un nouveau roman ouvert aux traces de la mémoire, Dénouer les mots (Ed. Memogrames), relate l’histoire de Gabrielle, sourde muette au destin dessiné par les décisions paternelles et un contexte d’époque, grâce aux recherches de sa nièce Frédérique, des années après sa mort. Par ce récit poignant, la narratrice donne enfin parole à celle qui en fut privée.

Marie-Clotilde Roose

Lieu de la rencontre :

BIBLIOTHEQUE DE TOURNAI
Maison de la Culture, 2 Boulevard des Frères Rimbaut, 7500 Tournai. (Salle de lecture, 1er étage).

Infos :

Le Cercle de la Rotonde, 8 rue du Touquet, B-7522 Blandain.
Tel/fax : 069.23.68.93 rotonde@scarlet.be
Site : www.lecercledelarotonde.be

Entrée libre.

Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 26 octobre 2012 à 18h30, à la Bibliothèque de Tournai (Auditorium)

Lecture musicale* par l’écrivain Dominique Sampiero et le contrebassiste Erich Pralat.
Entretien « philosophie et poésie » avec Annie Reniers et Jean-Jacques Wunenburger.
Sur le thème des frontières entre : espaces intérieurs et paysages, langues et images.
Animation : Marie-Clotilde Roose

Sous le titre « Frontière », l’écrivain français Dominique Sampiero propose un itinéraire poétique inédit, entre corps et paysages, sensations et monde vécu, entre le Je et l’Autre, la littérature et le monde, sous les notes chaudes de la contrebasse d’Erich Pralat (médaille d’or CNR Lille 1993).  Cette lecture fait écho à son Carnet d’un buveur de ciel, paru en 2007 aux Editions Lettres vives, où il a publié une dizaine de recueils, jusqu’au récent Bégaiement de l’impossible et de l’impensable (2012).  Né et vivant dans le Nord, Dominique Sampiero explore « notre rapport lyrique et tragique au monde qui nous entoure », sous tous les modes de l’écriture : poésie, roman, théâtre, cinéma.  De nombreux prix ont salué ses œuvres, dont celui du roman populiste pour Le rebutant (Gallimard, 2003).  Parmi ses courts et longs métrages : Ça commence aujourd’hui, réalisé par Bertrand Tavernier en 1997, Ours d’or à Berlin.  Il a également publié un essai, L’espace du poème, s’y entretenant avec Bernard Noël (P.O.L., 1998).

Annie ReniersAnnie Reniers, poète belge née à Bruxelles, écrit tantôt en néerlandais, tantôt en français, selon ce qu’images, idées et sensations lui inspirent, traduites spontanément en telles ou telles sonorités. Elle fut aussi, de 1971 à 2004, professeur d’esthétique et d’histoire de l’art contemporain à la V.U.B., auteure d’une thèse de philosophie (sur l’image comme signe).  Elle a publié, outre de nombreuses contributions professionnelles, une trentaine de recueils dont le dernier, Enerzijds/L’autre versant (P, Leuven, 2009), propose un dialogue (et non une traduction) de poèmes dans les deux langues, alternant avec les photographies et recherches picturales de l’artiste Nicole Verheyden.  De leur rencontre à la lisière d’un bois, naquit ce livre qui traduit l’idée même de promenade, sensuelle et heureuse, méditative : « La manducation de l’air / au goût de pivoine / mélange l’iris et le genêt / dans sa trame sonore / où l’indistinct prolonge / sa course sur les lèvres »  L’abandon, la perte y sont évoqués sans crainte, dans la verticalité du destin humain.

Jean-Jacques WunenburgerJean-Jacques Wunenburger, professeur de philosophie** à Lyon 3 (Fac. Jean Moulin), vient de faire paraître chez Mimesis France un livre d’hommage Gaston Bachelard. Poétique des images, à l’occasion des 50 ans de disparition de ce maître à penser, tant pour les débats portant sur la rationalité scientifique que sur l’imagination créatrice.  Spécialiste de ces questions, Jean-Jacques Wunenburger y montre à quel point l’imaginaire est appréhendé par Bachelard comme vivier non seulement d’images fécondes pour les arts, mais pour les sciences, épurées par la dialectique rationnelle pour mener aux concepts.  « Bachelard se veut ainsi le fidèle témoin des rythmes de l’esprit humain qui, à travers des expériences antagonistes, se laisse porter par un même désir de créativité incessante, qui nous conduit à accroître notre puissance d’être et donc notre joie d’exister », amenant le lecteur à rapprocher l’esthétique des voies éthiques.  Puiser à la source des images est ainsi, en anima ou en animus, un stimulant exponentiel pour le vivre ensemble.

Marie-Clotilde Roose

Lieu de la rencontre :
BIBLIOTHEQUE DE TOURNAI
Maison de la Culture, 2 Boulevard des Frères Rimbaut, 7500 Tournai.

Infos : Le Cercle de la Rotonde, 8 rue du Touquet, B-7522 Blandain.
Tel : +32 69.23.68.93
Site : www.lecercledelarotonde.be

Télécharger le flyer-oct-2012-le-cercle-de-la-rotonde

Télécharger Séminaire de recherche PapdA

Entrée libre.


* Lecture de 18h45 à 19h30, suivie par l’entretien de 19h30 à 20h30.
** Invité au séminaire PapdA (Penser à partir de l’Architecture) de la Faculté UCL LOCI à Tournai, sur le thème « Poétique », ce vendredi 26 octobre de 13h à 17h.
Infos : www.ucl.be (LOCI site Tournai)