Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 29 mai 2015 à 18h à la Bibliothèque de Tournai (Auditorium, rez-de-chaussée)

Projection de film (72’), entretiens et lectures avec trois auteurs :

 Martin Buysse, Daniel Soil et André Versaille

 autour du thème « conflits et résolutions »

 Verre de l’amitié offert par la bibliothèque

 Animation : Marie-Clotilde Roose

La violence, qui laisse trop souvent indifférents ceux qui ne la subissent pas, modifie profondément la vie et les réactions des victimes, sur plusieurs générations.  Deux romans récents abordent le conflit israëlo-palestinien ; un documentaire rappelle les suites du génocide rwandais.  De « la logique du sang » à celle de l’empathie, il y a place pour le geste, la parole, l’encre et… la complexité du dialogue.

André VersailleAndré Versaille, fondateur des Ed. Complexe (1971-2007) puis des éditions qui portent son nom, est aussi le scribe des Entretiens croisés avec Boutros Boutros-Ghali et Shimon Peres, relatant 60 ans de conflit israélo-arabe. Témoignage pour l’Histoire (2006).  Cet humaniste érudit, écrivain sur papier et sur blog, vient de recevoir, du FIPA, le Prix du Public ainsi que le prix Télérama pour son documentaire “Rwanda, la vie après – paroles de mères” réalisé avec Benoît Dervaux.  Un extrait du film est disponible sur le site www.andreversaille.be, ainsi que les dialogues de l’écrivain avec Boutros-Ghali et Peres, accessibles au grand public, gratuitement.  Face au durcissement des positions, trouvant leurs racines dans le génocide ou la brutalité extrême, comment envisager l’avenir ?  André Versaille montre que la douleur, si elle est passée « sous l’asphalte » pour ne lisser que l’économie renaissante, camoufle des « nids de poule » prêts à éclater…  Par la parole plutôt que l’écriture, il a permis à quelques femmes courageuses, victimes des viols de guerre, de raconter comment elles purent renouer avec les enfants nés de ces crimes, pour leur ouvrir un futur.  Le film, dédié à Godelieve Mukasarasi a été réalisé en collaboration avec Justine Benimana, Boubacar Diop, Béatrice Mukalindwa, Jean Mukimbiri, Joëlle Yana et Marie Niyonteze (cf. Rotonde 08.06.12).

Martin BuysseMartin Buysse, Docteur en physique et professeur de mathématiques, a publié son premier roman, La logique du sang, aux éditions Zellige en 2013, en le plaçant sous la haute tension de Gaza, vécue par un Bruxellois.  Thriller psychologique plutôt que politique – même si l’évocation de ce conflit interminable ouvre directement le ton – il dessine l’évolution mentale d’un homme ordinaire, plongé dans la spirale de la vengeance, après avoir perdu sa fillette, Farah, dans un attentat dirigé par Israël.  « Je suis rentré chez moi le cœur gonflé d’un mélange de haine et d’espoir », écrit François, entraîné malgré lui, depuis sa relation avec Sana la Palestinienne, dans un conflit qui l’avait laissé jusqu’alors indifférent.  Le mérite de ce roman nerveux et sec, au suspense superbement tenu, tient à ce qu’il (dé)montre, sans pathos ni explication, le mécanisme assez sommaire de la psychologie humaine : des réactions de réplique à la violence, laissant le lecteur se poser des questions essentielles : jusqu’où cette ivresse du Talion, à quel point de non-retour ?

Daniel SoilA mi-chemin entre la riposte et l’empathie, le roman En tout ! de Daniel Soil, édité chez M.E.O., montre des personnages que tout oppose, tissant des liens grâce au dynamisme inventif d’un jeune enseignant, Jean, dans une école et des quartiers cosmopolites de Bruxelles.  Initié par la fougueuse Anne, à la sensualité et à la musique autant qu’aux combats de l’Hashomer Hatzaïr, il découvre ce groupe se battant pour ses droits à une patrie et à une culture juives, tout en se confrontant aux réalités vécues par des réfugiés palestiniens et des immigrés en Belgique, à travers ses élèves, puis grâce à des voyages « sur place ».  Les points de vue inconciliables se nouent parfois en actions audacieuses, unissant autour du parti ouvrier et du socialisme, ces jeunes en attente de liberté et de justice.  Le militantisme radical, signe de blessures non guéries ou d’un idéalisme aveugle, n’ouvre pourtant que la voie sans issue de la rupture ; Jean se rapprochera du pragmatisme heureux d’Elvire, à la recherche d’un « entre-deux » pacifiant.  Daniel Soil, diplomate à Tunis, romancier, qui fut enseignant puis responsable d’associations de jeunesse, a puisé dans ses expériences sociales et politiques, des dialogues vifs et convaincants, sur une trame maîtrisée avec brio.

Voir aussi 8 juin 2012 et 25 avril 2014

Marie-Clotilde Roose

Lieu de la rencontre :
Maison de la Culture, 2 Boulevard des Frères Rimbaut, 7500 Tournai.

ATTENTION :
La projection (72’) commencera à 18h, suivie du verre de l’amitié, puis des entretiens.

Infos et Réservation souhaitée :
Le Cercle de la Rotonde, 8 rue du Touquet, B-7522 Blandain.
Tel/fax : 069.23.68.93  rotonde@scarlet.be

Site : www.lecercledelarotonde.be

Entrée libre.

Avec l’aide du Ministère de la Communauté française de Belgique.