Rencontre du Cercle de la Rotonde, le samedi 1er décembre 2018 à 17h

Lectures et entretiens avec les auteurs

Caroline Alexander, Philippe Marchandise et Françoise Thiry

Aux salons de l’Auberge de Jeunesse de Tournai

Animation : Marie-Clotilde Roose

Caroline Alexander

Caroline Alexander

Caroline Alexander, née en Allemagne dans les années sombres, a échappé au pire et s’est dessiné un destin de journaliste, critique dramatique et musicale, de traductrice (notamment de pièces d’Arthur Schnitzler chez Actes Sud) et d’écrivain.  Dès son 1er roman d’autofiction, Ciel avec trou noir, elle obtient le prix Emma Martin et signe ici un 2e livre pour le moins original, Une vie en miniature (M.E.O.).  La narratrice, aux côtés d’un homme bavard et volage, supporte ses escapades grâce à la présence de ses chats et d’une routine rassurante : « parfois, dans ces moments de douceur flottante, au milieu des grandes idées qui secouent le monde depuis qu’il est monde, je me dis que j’aimerais me faire toute petite pour rester auprès de lui et ne jamais le perdre » (p. 11).  Or voilà que ce désir s’effectue et, entre ses articles de théâtre et d’opéra, elle subit des métamorphoses qui lui permettent de circuler, invisible, dans la vie de son mari.  Pour son plaisir et son malheur, après l’apogée : « Près d’un an se passa ainsi en une apnée de bonheur » (p. 52).  Car la respiration du couple va battre la chamade… et le flegme royal des chats sera d’autant plus salutaire.  Ce conte aux reliefs magiques est l’occasion de décrire un microcosme, au ras de l’herbe et des coutures, autant que les aspérités de l’âme humaine.

Philippe Marchandise

Philippe Marchandise

Le soupir de la paruline est, sous le chant de séduction de ce passereau migrateur en Caroline du Sud, le portrait d’une femme autant que des Etats-Unis, le temps d’une vie humaine.  L’auteur, Philippe Marchandise, économiste et juriste, en est à son second ouvrage, édité chez Mols.  L’érudition et l’esprit scientifique sont perceptibles en de nombreuses descriptions, très denses, sur la flore et la faune, les faits historiques concernant l’Amérique, de même que la passion du golf qui anime Shirley, personnage au statut privilégié.  Le lecteur découvre ses traits sur l’île d’Hilton Head, à travers une sorte de journal intime (peu daté sinon par les événements-clés aux USA) qui reflète son enfance (contrastant avec celle de sa nounou, Maybel, lui racontant les stigmates de l’esclavagisme), son adolescence nourrie d’exploits sportifs et de conflits avec sa détestable sœur, ses amours et leur déclin, en des récits ponctués de citations et d’idiomes, faisant rebondir le passé et le présent par retours incessants, au flux des pensées.  « Pourquoi n’avais-je pu saisir à temps l’étincelle du bonheur ?  Au moment où mon pays gagnait en maturité, ouvrant aux Noirs les portes de ses écoles et leur donnant accès aux terrains de base-ball, je régressais et me renfermais comme une huître. » (p. 157)  Dans la 3ème partie, l’auteur reprend la main… car Shirley a cessé d’écrire, affaiblie, dans une maison de retraite dorée, son bel amour de jadis veillant sur elle, au gré des humeurs et des mélodies ayant façonné leur jeunesse.

Françoise Thiry

Françoise Thiry

Dans le récit poignant de Françoise Thiry, publié chez M.E.O., il s’agit également de la vie d’une femme, qui s’adresse en « tu » à la petite fille qu’elle a été, cachant Sous le rideau, la petite valise brune…  En cette valise, un secret d’Etat et d’Eglise : l’arrachement forcé des jeunes métis à leur mère, « enfants de la honte », à l’heure de la décolonisation.  L’enfant, dans sa famille d’adoption bourgeoise, va devoir se forger une identité belge, rayant de sa mémoire et de sa peau leur part trop douloureuse, restée au Burundi.  Mais si l’esprit lutte pour se constituer un visage acceptable, le corps n’oublie rien et s’affole, averti par des songes et des actes manqués.  « Pour toi aussi la nouvelle reçue est de taille, tu mettras une vie entière à décoder ce rêve.  Tu te réveilles dans un pavillon de l’hôpital psychiatrique de la Cité mosane. » (p. 77)  Au fil des lectures, des rencontres et des secousses, initiatrices ou radicales, l’adolescente rebelle, devenue mère à son tour, va faire sauter le cadenas et remonter aux sources du passé, jusqu’à ce que « je » se renomme.  Spécialisée dans la formation interculturelle d’adultes, Françoise Thiry, qui coordonne un centre alpha à Bruxelles, a suivi les ateliers d’Elisabeth Bing à Paris ; son livre est non seulement un acte de courage, mais la preuve que l’écriture peut être salvatrice.

Marie-Clotilde Roose

N.B.  L’écrivain Jean-Pol Hecq sera présenté lors d’un entretien ultérieur.

Lieu de la rencontre : Auberge de Jeunesse de Tournai, 64 rue Saint Martin, 7500 Tournai.

Tél. +32 (0)69 21 61 36 | Fax +32 (0)69 21 61 40 www.lesaubergesdejeunesse.be

Les Auberges de Jeunesse asbl is a member of Hostelling International.

Follow us on www.facebook.com/LesAubergesdeJeunesse and www.twitter.com/HostelBelgium

Infos :

Le Cercle de la Rotonde, 8 rue du Touquet, B-7522 Blandain.

Tel : 069.23.68.93  rotonde@scarlet.be

Site : www.lecercledelarotonde.be

Entrée libre.
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles.