RÉUNION AU CERCLE DE LA ROTONDE :
LE SAMEDI 17 AVRIL 2004 à 17 HEURES.

au Théâtre Poème - Rue d'Écosse 30 - 1060 Bruxelles
(entre la Porte de Hal et l'Avenue Louise )
Tram : 91, 92, 93, 94, Arrêt Porte Louise
Métro : Hôtel des Monnaies

Invités : Fabien Abrassart et Philippe Lekeuche
Animatrice : M.-C. Roose

Á lire Philippe Lekeuche et Fabien Abrassart, on admet que le poète soit ce géant qui, tel l'albatros, hante la tempête et se rit de l'archer.

Fabien Abrassart

Son premier recueil, La chose humaine, est paru en 2003 chez Le Taillis Pré. Il a reçu le Prix Houssia de l'Académie, destiné à un poète de moins de 30 ans. Point de la naïveté du débutant, mais le ton rageur, haletant, du jeune homme en lutte avec ses démons et ses dieux.

Jean-Claude Hauc écrit dans sa préface :

"Un style est déjà présent parmi ces pages, une posture ferme établie face à la langue. L'ouvrage est à considérer en fait comme une sorte de mise initiale au seuil du Grand Jeu. Ou du Grand Œuvre. Puisque le poète se place dès l'abord sous le signe de l'alchimie.Coagula et solve. (…) La forme requise pour cette partie, le dizain en décasyllabes, se prête idéalement à l'énoncé d'une vérité arrachée au chaos."
Il est en effet frappant de lire ces poèmes si habilement construits, à la limite parfois de la préciosité, cherchant la hauteur, à travers une forme mesurée, pour dire sous la maîtrise la violence des affects qui s'y affirment. C'est la passion qui produit l'alchimie du verbe, sous l'impératif catégorique de la poésie - comme "Le grand péril" le laisse entendre :

Si le poème échoue alors tout me brise,
Ainsi la pitié, ce malentendant
(Plus lame ou récif que havre et onguent)
Souffre d'haïr : ses propos creux incisent,
Castrent les voix de la divine crise.

Philippe Lekeuche

Sans emprunter le style de Walt Whitman, il en a le souffle et la clair-voyance, à travers une poésie qui se jette à corps perdu dans l'ivresse. Plus sombre pourtant, plus proche de l'abîme, il en surgit vainqueur par la seule beauté, âprement arpentée, de ses vers tantôt échevelés tantôt sculptés dans la forge.

Si la blessure, l'aliénation et l'étrangeté sont des thèmes qui parcourent de leurs frissons glacés toute son œuvre, le vers libre de L'existence poétique (Cadex, 1995) contraste avec les "Sonnets de la passion" de L'homme traversé (2003), tandis que les huitains de Solaire (1999) laissent tomber la rime mais jamais le rythme, toujours éblouissant. Du sentiment fiévreux de la perte et du délire dans L'existence poétique, l'amour a été le transformateur radical.

La souffrance n'y est plus subir dans une solitude qui confine à la folie, mais acceptée ardemment, même voulue : un pâtir d'amour.

Que je sois vivant par tant de chaos, c'est miracle, / Monde qui se démonte, le désert augmente, se lamente, / L'impossible arrive sur ses jambes de fil, il y a toi / Qui tout le temps me défais afin que j'advienne, / Ton corps inavouable et ce blessé qui ne sait pas / Mourir, ta pensée en épines, ma couronne tombée (Solaire).

L'œuvre de Philippe Lekeuche (né en 1954) est un bâtir sur l'abysse, si léger et si serré qu'il tire de la matière même de l'invisible ses racines les plus solides. Et de sa lutte avec la poésie, des éclairs lui viennent qui lui permettent de traverser la ténèbre :

Obscurément parfois je sens que le sonnet
Par-delà ma montagne assise sur les affres
Au ciel où les démons jouisseurs me balafrent
S'élève avec sa force et sa sérénité.

Marie-Clotilde Roose

Contact

P.A.F

Marie-Clotilde Roose
Courriel : rotonde@tiscali.be
Tél.: 069/23.68.93
ou
Théâtre-Poème
Tél.: 02/538.63.58
Fax : 02/534.58.58

Générale : 5 euros.
Etudiants & Séniors : 3,75 euros.
Membres TP : gratuit.



L'abonnement au "Mensuel littéraire et poétique" du Théâtre Poème vous donne droit à l'entrée gratuite à toutes les réunions du Cercle de la Rotonde.

Tarif pour 11 numéros par an: 15 euros, renseignements :

Site web : www.theatrepoeme.be
Courriel : theatrepoeme@skynet.be

Téléphone : 02/538.63.58

Avec l'aide du Ministère de la Communauté Française