Accueil"; ?> | Prochainement"; ?> | Saison 2012-2013"; ?> | Histoire"; ?> | Résonances"; ?> | Echos"; ?> | Archives"; ?> | Contact"; ?> | 20 ans"; ?>

REUNION AU CERCLE DE LA ROTONDE :
LE SAMEDI 20 OCTOBRE 2006 à 17H
dans le cadre de LA FUREUR DE LIRE

Invités : Véronique Bergen, Elke de Rijcke, Christophe Van Rossom
En présence de Serge Núñez Tolin pour Les éditions Le Cormier & d’Aurélien Dumont, compositeur
Animatrice : Marie-Clotilde Roose



Les éditions Le Cormier, que présentera l’écrivain Serge Núñez Tolin, ont publié en 2005 trois poètes remarquables, qui ont accepté de joindre leurs voix pour une lecture dans le cadre de la Fureur de lire, ponctuée de quelques intermèdes musicaux, signés Aurélien Dumont. Ce jeune compositeur français du Conservatoire de Paris, doctorant à Lille 3, directeur de l’ensemble Circonstances, a commencé un cycle d’écriture à partir de poèmes contemporains, parmi lesquels ceux d’Elke de Rijcke. Aurélien Dumont évoquera ce travail intitulé « Linges de Signes », et fera entendre des extraits de ses cd – notamment, dans le sillage de son stage Acanthes à Mons consacré à l’opéra, des « variations sur le repli » en sa Villa des morts.


Elke de Rijcke.


Elke de Rijcke. Bruxelloise, cette auteure travaille actuellement sur un large projet de poésie et de recherche, Géographies Imaginaires, liant l’écriture et l’audio-visuel. Membre du comité de rédaction de la revue L’Étrangère, elle a écrit plusieurs essais de création, et prépare un livre sur André du Bouchet*. Sa propre écriture emprunte au poète de L’incohérence ou de Rapides, une part de son souffle hachuré, haletant, et de sa mise en page, déchirée, éparse. Mais le ton et le thème du double recueil d’E. de Rijcke, gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche sont inimitables, incontestablement personnels, habités de sa singularité écorchée, riche en couleurs. Le volume I est sombre, éclaté et douloureux, attestant d’une expérience du corps et de l’esprit divisés, presque aliénés par le réel, tant ils semblent loin de lui et de ses objets étrange(r)s : « s’ouvre dans mon corps petit goulet, suis-je écoulement, et en s’ é c o u l a n t mon esprit comme une passoire. /intérieures serrures et propagation d’un point vide en moi ». L’expression de l’étrangeté s’atténue un peu dans le vol. II, où la présence du nouveau-né se fait plus claire et joyeuse, et confirme que l’écriture mène à un accouchement de soi et de l’autre, autant peut-être que l’accouchement mène à l’écriture de soi et de l’autre : « d’eau, je deviens ton amie et ta convive ».


Christophe Van Rossom



Christophe Van Rossom. Actif à L’Étrangère et aux Midis de la Poésie, cet essayiste et conférencier, spécialiste en poétique moderne et contemporaine, est l’auteur de Mallarmé, facile ? (La Renaissance du Livre), de notes critiques A voix haute (L’Ambedui) et de deux monographies sur Jacques Crickillon et Marcel Moreau (Luce Wilquin) – travail couronné par le Prix E. Vossaert de l’Académie royale. Il est également le poète lucide, sans complaisance, qui posément lance ses flèches Sous un ciel dévoyé, en de brillants poèmes en prose. La réflexion et le questionnement (doux-amer) les habitent sans les empâter ni les figer, et si le cynisme affleure en plusieurs endroits, il est tourné en dérision par le poète lui-même, ou retourné par la grâce : « Tu lègues ces mots à l’incertitude et au tendre, qui les refuseront sans doute. Au moins auras-tu fait ainsi geste de donner. » Comme la poésie de René Char à qui il rend hommage, parmi d’autres portraits de ses compagnons de veille, ses textes donnent à penser, provoquant parfois le lecteur. Sous la hargne se révèle l’amour (de l’intense), sous l’ordure l’or de la vie, dont l’essence est lumière « musicale » et participe de la philosophie héraclitéenne : « Nous sommes nus dans le chaos d’un entre-deux. Le chemin du silence ne vaut pas mieux que celui de parole. L’ordre que je cherche est maintenant, dans la contradiction maintenue. »


Véronique Bergen



Véronique Bergen. Docteur en philosophie, auteur de nombreux ouvrages et articles sur Gilles Deleuze, Jean Genet, Sartre et Badiou, Véronique Bergen s’est aussi distinguée par ses romans parus chez Luce Wilquin, et dernièrement par Kaspar Hauser ou la phrase préférée du vent, chez Denoël. Elle a en outre publié six recueils de poésie, depuis Brûler le père quand l’enfant dort (La lettre volée) jusqu’aux Plis du verbe (Maëlstrom). Voyelle, le recueil paru chez Le Cormier, est un chant d’amour sans équivoque à la personne aimée, une salsa passionnée et passionnelle autour des mots et des corps célébrés. Proche de Ghérasim Luca, sa poésie bouleverse les sens et invente toutes les nominations de l’allégresse, épellant les lumières amoureuses : « je l’embrasse trilogie védique, je l’embrasse rafale de trèfles, je l’embrasse prières en file indienne, je l’embrasse pagaille d’éclairs, je l’embrasse ciel pour qu’elle touche terre (…)/ Sa réponse : une estocade d’amour au centre de ma danse./ Sa conclusion : deux voyelles qui se plient l’une sur l’autre/ jamais ne forment une consonne. » Ici encore, il est question de l’écart qui s’écarte de lui-même, ouvrant le compas des possibles.

  • Marie-Clotilde Roose
  • * Pierre-Yves Soucy, directeur du Cormier, présentera ce samedi à Paris les 2 numéros de L’Étrangère consacrés à André du Bouchet.

    Warning: include(inc/corps/2007-2008/octobre.pho): failed to open stream: No such file or directory in /public_html/lecercledelarotonde_be/ancien-site-du-cercle-de-la-rotonde/index.php on line 79

    Warning: include(): Failed opening 'inc/corps/2007-2008/octobre.pho' for inclusion (include_path='.:/opt/php55/lib/php') in /public_html/lecercledelarotonde_be/ancien-site-du-cercle-de-la-rotonde/index.php on line 79

    Pour avoir une lecture adaptée agrandir les textes de nos pages du site. Comment faire => enfoncer et maintenir la touche[CTRL] du clavier de votre ordinateur et tourner la molette de la souris vers l'ordinateur ou encore, maintenir la touche[CTRL] et enfoncer la touche[+] pour agrandir, ou bien la touche[-] pour diminuer la taille des caractères. Pour remettre la page par défaut, maintenir la touche[CTRL] et enfoncer la touche du chiffre zéro[0]. Valable seulement pour MS-Windows. Pour Mac : Utiliser la touche [Pomme] au lieu de la touche [CTRL].



    Avec le soutien du Ministère de la Communauté Française de Belgique