Accueil"; ?> | Prochainement"; ?> | Saison 2012-2013"; ?> | Histoire"; ?> | Résonances"; ?> | Echos"; ?> | Archives"; ?> | Contact"; ?> | 20 ans"; ?>

REUNION AU CERCLE DE LA ROTONDE :
LE SAMEDI 07 FEVRIER 2009 Á 17H


Auteurs Invités : Luc Baba, Huguette de Broqueville
Animatrice : Marie-Clotilde Roose


Luc Baba


Luc Baba. Ce fringant slameur liégeois est aussi écrivain, comédien, chanteur et prof d’anglais, à ses heures. Lauréat du Prix Liège jeunes auteurs, il se distingue autant par ses récits et nouvelles que ses pièces de théâtre, parmi lesquelles Le jardin des Fous, mis en scène en 1997 au Colombier et Pauvre Diable, au Théâtre du Quai. Prix Pages d’or dès son premier roman, La cage aux cris (Ed. Luce Wilquin, 2001), il en a publié une dizaine depuis, quasi tous chez la même éditrice. Ses deux derniers sont La petite école Sainte-Rouge (2007), sur la déréliction progressive d’un professeur et Tout le monde me manque (2008), adapté à la scène pour le Théâtre de La Courte Echelle. Alors que celui-là aborde la dureté du métier d’enseignant (qui a fait couler beaucoup d’encre et de sang), celui-ci aborde en style direct l’univers de la folie, à travers le regard et les pérégrinations de John, un jeune casé en maison surveillée. La prouesse de ce livre tient à la façon dont l’auteur a réussi à extérioriser la souffrance de l’aliénation, en ses limites mêmes, tout en gardant un langage cohérent, audible. C’est son petit théâtre fabriqué avec des riens (bouts de bois, papiers collés, couleurs…) qui permet à son héros de survivre au manque et à l’effroyable solitude intérieure. « Je n’ai pas réussi à fabriquer un personnage ‘moi’ pour mon théâtre », murmure John, « Je ne me suis pas fabriqué, je n’ai pas pu créer quelque chose qui me ressemble, alors que j’ai réussi les autres. (…) Quand ils bougent, ils sont les pantins de la vraie vie, je triche à leur place, j’ai mal de leur mal et froid de leurs petits hivers, mais je n’ai pas trouvé le moyen de fabriquer mon bonhomme. Pourquoi ? » Impossibilité de comprendre, que la nuit… ou les médicaments recouvrent. « J’ai pris un cachet avec de la mort dedans pour quand on en prend trop, et j’ai dormi comme si je pesais le poids de tout le monde ensemble. » Le récit fait monter la tension tandis que John avance dans ses décisions ou actes, qui suivent un itinéraire âpre et rageur.
A propos de ce qui le hante, Luc Baba confiait : « L’écriture n’est pas un hobby. Si je passe trois ou quatre jours sans écrire, je ne suis pas bien, c’est comme si je me trahissais, comme si je n’avais pas de raison d’être.»




Huguette de Broqueville


Huguette de Broqueville. Qui croit connaître la Présidente belge du P.E.N. Club International, se leurre s'il n’a pas encore découvert ses écrits, où se livre le meilleur d’elle-même : sa vie intérieure. C’est pourtant de manière indirecte que cette grande dame évoque le passé de sa famille et son propre vécu, les tournant à la lumière de l’Histoire, que ce soit dans Uraho ? Es-tu toujours vivant (Ed. Mols, 1997, sur le génocide rwandais, traduit en plusieurs langues), La double tentation ou la passion selon Alexis (Editura universalia, 2000, en roumain), et Lydia, l’éclat de l’inachevé (Ed. Michel de Maule, 2007). Ce magnifique roman narre le destin authentique d’une résistante, parvenue au terme de sa vie, à travers les yeux de son arrière-petite-fille, Julie, et ceux des proches qui l’entourent. Nul doute que ses enfants se rappellent des faits (consignés pour certains en dangereux carnets), et que l’une ait choisi de relater ceux-ci avec la mesure et la délicatesse appropriées, à travers les souvenirs glanés : non seulement sur les actes de résistance héroïques de Lydia en 40-44, mais aussi sur les guerres passées et proches (Balkans). On y découvre la vie de cette femme belle et brillante, prenant des risques énormes pour servir l’armée secrète, de son mari chercheur, l’œil sur ses hélianthes, et de leurs cinq enfants, dans une propriété de Wallonie envahie par les Allemands ou leurs collaborateurs. On y apprend non seulement des faits réels, mais on entre dans des réflexions profondes sur le sens du destin, de la foi (morale et religieuse) et de l’amour, sans qu’elles soient jamais pesantes ou empesées. A travers les dialogues menés avec la centenaire, chaque visiteur brasse des questions métaphysiques : « Comme si, aux portes de la mort, les mots s’agglutinaient, s’épanouissaient, éclataient derrière la soif de connaître enfin. »
Un roman qui sonne juste, vrai. S’appuyant sur Broch et Kundera, l’auteure se justifie : « La raison d’être du roman est de dire ce que lui seul peut dire ».



  • Marie-Clotilde Roose


  • Warning: include(inc/corps/2009/fevrier.pho): failed to open stream: No such file or directory in /public_html/lecercledelarotonde_be/ancien-site-du-cercle-de-la-rotonde/index.php on line 79

    Warning: include(): Failed opening 'inc/corps/2009/fevrier.pho' for inclusion (include_path='.:/opt/php55/lib/php') in /public_html/lecercledelarotonde_be/ancien-site-du-cercle-de-la-rotonde/index.php on line 79

    Pour avoir une lecture adaptée agrandir les textes de nos pages du site. Comment faire => enfoncer et maintenir la touche[CTRL] du clavier de votre ordinateur et tourner la molette de la souris vers l'ordinateur ou encore, maintenir la touche[CTRL] et enfoncer la touche[+] pour agrandir, ou bien la touche[-] pour diminuer la taille des caractères. Pour remettre la page par défaut, maintenir la touche[CTRL] et enfoncer la touche du chiffre zéro[0]. Valable seulement pour MS-Windows. Pour Mac : Utiliser la touche [Pomme] au lieu de la touche [CTRL].



    Avec le soutien du Ministère de la Communauté Française de Belgique