Rencontre du Cercle de la Rotonde, le dimanche 18 octobre 2020 de 17h à 18h30 : à la Maison des Associations de Tournai, 25 rue de la Wallonie, 7500 Tournai

Carole André & Philippe Cantraine

dans le cadre de La Fureur de Lire 2020

sur le thème « Lectures et territoires »

Animation : Marie-Clotilde Roose

Un bout de route avec les auteurs, centré sur leurs premiers romans,
traversant l’Histoire et les histoires, du Tournaisis à l’Europe.

Carole André

Carole André

Forte d’une longue expérience d’enseignement du français à divers degrés, à Tournai sa ville de prédilection, Carole André a publié en 2019 aux éditions Audace un ouvrage important (372 pages) pour célébrer les 140 ans de l’Ecole normale, Rue des Carmes, abondamment documenté et illustré. Si l’auteure a consulté de nombreuses sources, recueilli de précieux témoignages directs et indirects, il s’agit néanmoins d’un roman, librement inspiré des faits, anecdotes et récits consignés – s’inscrivant dans un contexte historique. On y trouve ainsi maints épisodes poignants, comme des accidents, des grèves durement réprimées, la mort de personnalités, l’exécution du pédagogue Francisco Ferrer (1909), mais aussi des moments euphoriques, comme le ballon de Jean-Baptiste Glorieux, parmi bien d’autres. Les personnages incarnent des élèves ou institutrices que Carole André n’a pas (toujours) pu connaître, mais grâce à des registres, lettres, coupures de journaux et autres archives, elle leur prête une voix, une vie, un visage. On sent que la plupart de ces jeunes filles – dont quelques photos émaillent le livre – ont dû affirmer leur personnalité en dépit des carcans de l’époque, qui ne tolérait guère l’émancipation féminine. L’histoire de l’Ecole normale s’inscrit en celle de Tournai et de la Belgique depuis 1879, dans la lutte des classes paysannes et ouvrières contre l’oppression des élites dominantes, dans le combat des esprits libres contre les dogmatismes – quels qu’ils soient – et contre les envahisseurs des deux guerres. Les femmes, qui refusent d’être cantonnées aux rôles de ménagère ou nourricière, ont pris part à ces luttes, bien que rarement écoutées : « je n’ai pas envie de dire à mes six classes d’histoire que les mêmes causes produisant les mêmes effets, il faut s’attendre à une nouvelle guerre », déclare Antoinette… Les bombardements, l’incendie de Tournai, la résistance sont relatés par le prisme du vécu des protagonistes, professeurs et élèves, souvent touchés ou impliqués. Chaque petit chapitre rend compte, de manière chronologique, du déroulement de la vie mouvementée de cette Ecole, tant par ses succès que ses privations, ses blessures et ses rebondissements, jusqu’à 2019. L’auteure permet ainsi de traverser des décennies de vies consacrées à l’éducation, pilier d’élévation des esprits et des corps. Il y a des conversations piquantes, des épisodes tristes ou drôles, des dénouements imprévus… de quoi passer de riches heures de lecture, et côtoyer toute une région avec son franc-parler – y compris en picard, langue que maîtrise Carole André (prix en 1999).

Philippe Cantraine

Philippe Cantraine

Philippe Cantraine, écrivain aux multiples publications, diplomate et fonctionnaire international, a choisi l’Europe pour y dévoiler la vie, au 19e s., d’un naturaliste voyageur, hissé par ses études du statut de modeste fils d’agriculteur hennuyer, à celui de professeur d’université, académicien puis homme politique dans la Belgique juste née. Son roman, Le Gouverneur des coquillages (Ed. Luce Wilquin, Prix Verdickt-Rijdams 2009) voit déambuler François Joseph Cantraine depuis la Région des Collines jusqu’au fin fond de l’Italie, agitée de soubresauts révolutionnaires, pour le compte des Pays-Bas, Guillaume Ier et ses chercheurs. Ici, le héros a réellement existé ; le cadre est minutieusement étudié, dans tous ses détails et son contexte, bien que les conversations soient issues de l’imaginaire, y compris dans une temporalité pour le moins originale, puisque le narrateur fait des sauts dans le temps, avec humour, interpellant le lecteur : « Il devenait toujours plus passionné de malacologie littorale, ce saint François au fusil mortel qui s’était libéré du pape, et il s’était converti avec soulagement au cabotage en mer, comme vous l’imaginez sans peine, vous qui avez partagé mes graves questions. » (p. 149) La passion des mollusques conduira le jeune biologiste, après quelques années de dur labeur « sur le terrain », à quitter Rome, Naples, Malte et la Sicile pour atterrir à l’université de Gand, après Paris et ses chefs de file. Observateur, prudent et peu bavard, l’homme se détourne aussi bien des drapeaux et des cocardes que des mitres et des crosses : « je me fortifiai par l’idée que rien n’excédait la peur et l’ignorance et que c’est ici qu’il me fallait porter le fer. » (p. 163) Son engagement, en quête de vérité objective, le portera vers la politique, une fois marié, père de famille, établi et reconnu, luttant contre de fausses promesses – autant des élites poussées par le régime que par un certain clergé réactionnaire – afin d’améliorer les lois en faveur du peuple, plongé dans la misère. « Les chapelles qui gardaient les carrefours, entendant réconforter le paysan, le retenaient d’agir. Le malheur était que tout n’était que douleur et pauvreté, endettement, crasse et indigence, et que la seule réponse qu’aient jamais suscitée ces maux ait été la résignation. » (p. 316) Dans une langue magistrale, précise comme le scalpel, libre et empathique, Philippe Cantraine a réussi le pari de faire revivre son homonyme, féru de sciences, épris de justice et d’égalité.

Marie-Clotilde Roose

Infos :

Le Cercle de la Rotonde, 8 rue du Touquet, B-7522 Blandain.

Tel : 069.23.68.93 – si urgence : 0499.40.66.33

rotonde@scarlet.be

Site : www.lecercledelarotonde.be

Réservation : obligatoire en raison des nouvelles mesures sanitaires.
L’accueil se fera à partir de 16h30 pour aider les personnes
à se placer en respectant les distances réglementaires.
Autres : gel + port du masque obligatoire pour le public (en vente sur place).
Entrée libre.
Avec l’aide du Ministère de la Communauté française de Belgique.