Rencontre du Cercle de la Rotonde, le dimanche 6 mai 2018 à 11h, aux Editions Wapica, 9 rue d’Espinoy à Tournai

Florence Noël, Stéphane Georis, Jean-Louis Massot, Annie Préaux

Animation : Marie-Clotilde Roose

Les Editions Wapica accueillent le Cercle de la Rotonde durant les travaux à la Bibliothèque de Tournai, deux dimanches par an, autour d’un café ou d’un apéro.  Voici nos invités du printemps :

Florence Noël

Florence Noël

Florence Noël est une auteure belge, discrète mais très remarquée, surtout depuis la parution de son 2ème recueil, L’étrangère (Bleu d’encre 2017).  S’il faut décrire sa poésie en quelques mots, prenons ses propres vers : avec tant de ferveur / d’intensité / rêveuse.  Les illustrations de Sylvie Durbec vont parfaitement en ce sens : elles dansent dans une sensualité légère, habillées d’encre transparente.  La poétesse parle de la nudité de l’âme, de la perte « sèche » où l’être humain s’enfonce (détresses, finitude, fêlures), sous le voile humide des larmes, et malgré cela, ce sourire / parfois.  Des vers minces mais drus, où l’on sent l’ossature du verbe, un souffle plus puissant qu’il n’y parait, de la grâce toujours.  S’y glissent des saluts à des écrivains, des artistes, des insoumis persécutés.  Florence Noël tisse une toile d’amitiés littéraires, à travers le site qu’elle a fondé, Francopolis, et autres réseaux, nouant des collaborations vitales avec ses pairs.

Jean-Louis Massot © Dominique Houcmant

Jean-Louis Massot © Dominique Houcmant

Jean-Louis Massot, poète né en Ardèche mais vivant en Belgique depuis 1977, y a fondé la maison d’éditions Les Carnets du Dessert de Lune, avec plus de 200 titres au catalogue.  Lui-même a publié une adaptation théâtrale de Thérèse Raquin et plus d’une quinzaine de recueils en d’autres maisons, parmi lesquels Séjours, là. Poèmes (M.E.O. 2013, avec les dessins oniriques, façon « art brut » de Gérard Sendrey) et Nuages de saison avec des photos d’Olivia HB (Bleu d’encre 2017).  Son attention aux autres, aux petits détails qui font mouche, est touchante et permanente, souvent ponctuée d’humour.  Altocumulus / Le ciel est libre ; / Profitez-en // Mais ne prenez pas / Toute la place, dit un poème.  Le poète, lui, fait plutôt la place à l’Autre, et lui accorde le séjour : On l’écoute un peu et c’est comme si on entrait dans sa maison et que lui vient d’ouvrir en grand toutes les fenêtres d’où s’échappent des gerbes de notes.

Annie Preaux

Annie Preaux

Annie Préaux, précédemment invitée pour son merveilleux roman J’ai immédiatement écouté les conseils de Dieu (2013), aborde à nouveau avec dextérité et tact une question difficile : celle de la dépression.  Dans son roman Bird et le mage Chô (M.E.O.  2017), Sandrine s’est fait littéralement jeter dehors : – Notre collaboration s’arrête aujourd’hui.  Tu dois rendre ton ordi, ta voiture, ton smartphone.  Immédiatement.  A la violence du licenciement subi, s’ajoute celle de sa relation antérieure avec son père : une violence sans cri, sans coup – la totale indifférence.  Sous le choc, son chemin va croiser celui de Jean-Marc, traumatisé par une agression en classe.  C’est le personnage Bird, du roman Le Baiser cannibale qui va jouer le rôle principal dans leur relation.  D’autres personnes vont leur permettre de décoller peu à peu de l’enlisement…  L’écriture y est alerte, moderne, très vivante.  Enfin, l’écrivaine et animatrice de La Maison d’Anna dialogue, dans son recueil Voyages (Le Coudrier 2017) avec les œuvres de Claudine Ruelle, par des poèmes à la fois narratifs et contemplatifs.

Stéphane Géoris

Stéphane Géoris

Stéphane Georis nous revient aussi avec la biographie rêveuse Blaise Cendrars. Brasier d’étoiles filantes, (Transboréal 2014) : un chef-d’œuvre capable de nous faire voyager tantôt aux côtés du grand poète d’origine suisse, tantôt de rêver à ses côtés, voyageur marionnettiste parti sur les traces de son inspirateur, par les livres et par les routes. Car Stéphane Georis est, comme lui, un poète vagabond, cosmique, assoiffé de liberté.  Le récit est alerte, nourri d’une multitude de lectures, tout en restant rapide, aérien, superbement inventif.  Il passe facilement du je au nous, il nous rend contemporain de son frère d’âme, nous fait voir ses paysages.  À vingt ans, les phrases écrites dans le train ont autant de feu que le nom que le poète prendra plus tard : Blaise comme la braise, Cendrars comme la cendre au milieu de la neige et de la voie ferrée.  Atypique, ébouriffant de sincérité, drôle, profond et baroudeur, Stéphane Georis nous fait (re)découvrir Cendrars mieux que personne… et n’a pas fini de nous surprendre.

Marie-Clotilde Roose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour évider les Spams *