Echos des Participants

Chère Marie-Clotilde,

Encore un immense merci pour cette soirée de vendredi. Ce fut un moment émouvant: le témoignage poignant de Marie Niyonteze, l’humour mordant de Bozidar Frederic et le constat attristant de Gérard Adam sur les difficultés des petits éditeurs. Quelle soirée riche en moments forts et en échanges véritables avec le public, ce qui est précieux pour un auteur. Tout cela ne fut possible que grâce à ta mise en musique des échanges. Tu as accordé ces différentes sensibilités de main de maître du fait de tes lectures en profondeur des livres et de ton esprit vif. Félicitations!

Infiniment merci et j’espère à bientôt,
Elise

Envoyé : dimanche 10 juin 12 20:40

———————–

Chère Marie-Clotilde,
Merci à toi, ta présentation et notre mise en valeur ont été très chaleureuses et pertinentes.
Le prolongement à table fut fort agréable (…).
Au plaisir de se revoir
Rendez vous au prochain projet.
Bise de nous deux
Frédéric Bozidar
Samedi 9 juin 2012

———————–

Bonsoir Marie Clotilde

Merci pour la soirée de vendredi, pour le souffle qui t’anime; merci à tes amis du cercle pour leur coopération…

j’ai mis à jour mon site en ce sens en reprenant ton “communiqué de presse” et en incluant une petite vidéo – dis-moi si tu veux que je supprime certains passages inutiles; je n’ai rien modifié, j’ai fait un lien permanent vers le site du CERCLE de la ROTONDE si tes amis pouvaient faire la même chose dans l’autre sens, nous y gagnerions tous en référencement web : (www.henrypouillon.be).

Encore merci.

Henry Pouillon
Mardi 3 avril 2012

———————–

Un vif merci pour la rencontre que tu as si bien animée hier à Bruxelles. Pardon d’avoir filé si vite mais je souhaitais être à la maison avant 23H car ce dimanche est plein et demain je pars vers Paris puis Angers. A samedi matin à Paris, je t’embrasse, Colette.

Colette Nys-Mazure
Dimanche 13 juin 2010

———————–

Ce message rapide entre deux piles de corrections indigestes afin de te remercier encore une fois pour l’invitation d’hier soir. Cette rencontre m’a beaucoup plu. Ta présentation était sympathique et vraiment agréable.
Chouette public également!
Par ailleurs, j’ai été ravie d’avoir pu présenter mon roman le même jour que Colette Nys-Mazure.
Bon courage pour tes corrections inhumaines, ton colloque, et tout le reste…

Laurence Thirion
Dimanche 13 juin 2010

P.S.: le DVD de la soirée m’intéresse, à qui puis-je m’adresser?

———————–

Un temps privilégié, où la présentation d’auteurs, de poètes, d’éditeurs permet de rencontrer leur univers personnel.

En allant au Cercle de la Rotonde, depuis quelques années, je découvre des visages, des mots, des paroles, des rythmes d’écriture. Des textes sont lus par les auteurs, Marie-Clotilde Roose et Monique Dorsel, et nous plongent dans un monde unique, différent, original.

Des personnalités très diverses nous sont présentées, ce qui enrichit la mémoire, la culture, nous ouvre des horizons, nous pose des questions. De l’émotion surgit aussi au détour d’un texte qui révèle sa part d’ombre et de lumière, telle toute création vraie, issue de l’intériorité.

Un esprit convivial et chaleureux règne lors des séances.

Marie-Clotilde Roose anime les débats avec intelligence et finesse et ceux qui le désirent peuvent intervenir en fin de réunion.

Ensuite, on se retrouve autour d’un verre et l’on échange ses impressions, on discute avec des personnes qui aiment lire et s’enrichir au contact d’autres.

Le Cercle de la Rotonde : une bulle d’air au coeur de ma vie.

Si le virus de l’écriture vous démange, vous pouvez venir lire vos textes ou poèmes lors de soirées spéciales qui se terminent par ce que l’on nomme “veillée d’auteurs”, que vous soyez débutant ou confirmé.

Pascale Eyben
Février 2005

———————–

Merci pour votre invitation. J’ai été particulièrement touchée que vous souhaitiez inviter un éditeur au côté de son auteur. Je pense que vos rencontres sont à l’image de votre attention : sincère et amicale.

Bien cordialement, Anne.

Anne Leloup
Mercredi 26 Février 2003

———————–

Aussi là, au Cercle de la Rotonde, s’échangent les murmures du monde. Ce n’est pas un endroit pour vivre, c’est un endroit pour la Vie. Car de là repartent ceux et celles que la Beauté nourrit. Et cette Beauté-Seconde s’échange, plus tard, dans les trains, les rues, les villes et le monde. Oui, cette Beauté-là est contagieuse. Indispensable au rythme de nos existences communes. Merci…
Benoît Coppée, poète et romancier.
Lundi 4 Février 2002